Sortie du dernier numéro du magazine municipal avec un dossier centré sur la tranquillité publique et la politique de sécurité locale incarnée par les agents municipaux du service « Gestion des Risques Urbains ». Disponible prochainement dans votre boîte aux lettres et d’ores et déjà à feuilleter sur Internet ou à commenter sur ce blog. (suite…)

Tags :  

Il est 21h, un vendredi soir : Isabelle et Patrick, deux travailleurs de l’ombre, entament leur service. Tous deux sont agents municipaux du service « Gestion des Risques Urbains » ; leur job consiste à sillonner la ville, à la nuit tombée, pour en assurer sa tranquillité. Vêtus de leur uniforme bleu marine et pour principale arme, leur sens du dialogue, ils sont en quelque sorte les gardiens de nos nuits. Leur quotidien ? Rassurer la population, résoudre les problèmes de la vie quotidienne, mais aussi prévenir les tensions et désamorcer des situations conflictuelles qui, sans eux, pourraient vite déraper. (suite…)

Tags :

Résoudre des conflits par la discussion, c’est « un projet qui répond à une aspiration de la population » explique Philippe Kemel, le Maire de Carvin. « Le but, c’est d’établir la sécurité. Cette équipe n’est pas là que dans le but de verbaliser, de sanctionner ou d’interpeler mais pour prendre contact avec la population. Les agents de nuit peuvent résoudre un certain nombre de conflits par la discussion, l’alerte ou l’appel aux forces de sécurité si nécessaire ». (suite…)

Tags :

« Il est souvent plus facile de prévenir que de devoir lutter contre les pratiques », souligne le Maire. « Carvin est une ville calme mais dont la tranquillité peut être perturbée par quelques incivilités qui deviennent parfois délits… L’alcoolisation dans les lieux publics, la dégradation de mobiliers urbains ou de biens de personnes ne sont pas fréquents. Les rassemblements dans les halls d’immeubles ou les invectives sont intolérables car constituent de l’insécurité. Dans tous les cas, ils sont inacceptables » poursuit-il. (suite…)

Tags :

… mais surtout éviter de tomber dans des parcours de difficultés. Ces actes d’incivilité, voire de petite délinquance, sont souvent le fait de personnes désoeuvrées, qui ne trouvent pas leur place dans la société soit à la suite d’un échec scolaire, et/ou en lien avec leurs difficultés à s’insérer sur le marché du travail : des arguments qui reviennent régulièrement aux oreilles des agents de nuit. (suite…)

Tags :